Quelle est la somme à verser pour le 3e pilier ?

La prévoyance en Suisse, c’est une histoire sérieuse, et le 3e pilier en est une pièce maîtresse. Ce dispositif d’épargne conçu par la Confédération Suisse permet d’anticiper les besoins futurs, qu’il s’agisse de la retraite, de l’acquisition d’un bien immobilier ou de la protection des proches. Qu’il s’agisse du 3e pilier 3a ou 3b, comprendre les sommes à souscrire est crucial pour maximiser les avantages, tant sur le plan de l’épargne que de l’imposition.

Le montant plafonné en fonction du type du 3e pilier

Vous déambulez dans le monde de la prévoyance pilier et vous voici face à une bifurcation : le 3e pilier 3a et le 3e pilier 3b.

En parallèle : Quelles sont les activités à mener pour un EVG à Paris?

Pour les résidents suisses, le 3e pilier 3a est un modèle de prévoyance encadré par des règles précises. Les versements et les retraits sont délimités par des lois strictes. Voici ce qu’il faut retenir :

  • Pour les salariés affiliés à une caisse de pension, le plafond est fixé à CHF 6’883.
  • Pour les indépendants sans 2e pilier, le montant maximal est de CHF 34’416, dans la limite de 20 % du revenu net annuel issu d’une activité lucrative.

Pour de plus amples informations sur le montant le plus élevé pour le 3e pilier en 2022, vous pouvez consulter le site https://www.soutien-adom.fr/quel-est-le-montant-le-plus-eleve-pour-le-3e-pilier-en-2022/

A lire également : Quels dessins de Noël à colorier pour les enfants ?

Moins contraignant, le 3e pilier 3b est un pilier plus flexible. Il offre des avantages fiscaux dans certains cantons, mais ne dispose pas d’un plafond de versement fixe comme le pilier 3a. La clé est de s’informer directement auprès de l’administration fiscale du canton pour comprendre les modalités qui s’appliquent à votre situation individuelle.

La somme à verser sur le 3e pilier

Sur le chemin de votre prévoyance, vous avez un objectif en tête : déterminer la somme idéale à verser sur votre 3e pilier en 2022. Mais cette route est jonchée d’obstacles et de conditions personnelles qui rendent la décision moins évidente qu’il n’y paraît.

Il n’est pas question de se mettre dans le rouge pour alimenter votre pilier prévoyance. Un calcul attentif, prenant en compte vos dépenses courantes, vos charges mensuelles, et autres crédits, est indispensable pour établir le montant d’épargne qui maintiendra l’équilibre de votre budget.

Pour éviter les faux pas, l’accompagnement d’un professionnel tel qu’un courtier ou un assureur peut être d’une aide précieuse. Ces experts vous guideront à travers les méandres des dispositions légales et vous conseilleront sur le montant à épargner sur votre 3e pilier.